Le groupe sera accueilli par le directeur du théâtre. Pendant cet accueil du groupe, la souffleuse l’interrompt.

Idée de la visite : afin de prendre en charge le groupe et de pouvoir jouer des petites saynètes, les deux personnages se succèdent. Le directeur du théâtre, Séraphin de Bellevue, est heureux d’accueillir le public dans ce lieu qu’il chérit. Il envisage de faire découvrir cet espace qu’il aime tant pour faire partager sa passion. Il veut faire visiter tous les aspects du théâtre, mais son univers est plus celui des bureaux. Ses origines aristocrates lui confèrent un langage châtié, créant une distance avec le public. Gauche, maladroit, rigide, sujet au vertige, mais au demeurant très émouvant, le directeur est sans cesse interrompue dans ses longs monologues par Sophie la souffleuse, la servante du théâtre. Elle a passé toute sa vie dans le théâtre, elle a fait un peu toutes les sortes de tâches, remplaçant les absents. C’est une sorte de mémoire, de petite main, de fantôme du théâtre. Toute sa vie, elle a rêvé d’être comédienne. Elle est à la fois heureuse de vivre dans ce lieu qui continue à la faire rêver, de pouvoir faire partager sa passion en faisant visiter le théâtre à des groupes, et à la fois frustrée de ne pas être comédienne, et de ne pas être à la place qu’elle pense être la sienne.